Los Angeles, un 24 décembre. Le soleil inonde la ville d’une lueur orangée aveuglante. De retour en ville après un mois de prison, Sin-Dee partage un donut avec Alexandra en guise de repas de Noël. C’est de la bouche de sa meilleure amie qu’elle apprend l’infidélité de son mac/mec durant son absence. Et qui est la « morue » ? Une fille avec un « vrai vagin ».

C’est le coup d’envoi d’une course effrénée à travers West Hollywood, d’une journée presque comme les autres pour deux prostituées trans, à la recherche de celle qui a osé poser ses mains sur Chester. Sean Baker a gagné son pari et attiré l’attention du monde entier en faisant le choix de tourner son cinquième long métrage à l’aide de trois iPhone 5S (équipés d’objectifs hors de prix, mais tout de même) et de porter à l’écran deux actrices transsexuelles. Le film a lui seul est un habile plan marketing mais, bien heureusement, il parvient à transcender ce simple aspect racoleur dès ses premières minutes. On tombe immédiatement sous le charme de Mya Taylor et Kitana Kiki Rodriguez, séduit par leurs manières, leur vocabulaire fleuri, leur énergie à toute épreuve.

© Tangerine - Kitana Kiki Rodriguez et Mickey O'Hagan

© Tangerine – Kitana Kiki Rodriguez et Mickey O’Hagan

Perchées sur de hauts talons, mini-jupe et mini-short de sortie, les deux amies parcourent un autre Los Angeles que celui des séries télé, un Los Angeles brûlant, bétonné, habité par les marginaux, ceux dont on ne parle jamais. Baker ne perd pas une miette de leur traversée, suivant de près le moindre de leur pas sur le bitume, toujours en mouvement, au plus près de leur souffle. Il sublime ses actrices dans la justesse de la lumière naturelle, et, portant sur elles un regard bienveillant et dénué de jugement, il nous permet de faire la connaissance de deux femmes dotées d’une force impressionnante.

Le scénario s’essouffle peu à peu, épuisé par la cadence déchaînée et une scène de dénouement finale à rallonge, échange d’insultes interminables devant le comptoir du Donut Time. Mais le rythme réapparaît soudain dans une succession de révélations vaudevillesques et jouissives, drôles et touchantes, à l’image de ce conte moderne nécessaire et visionnaire.

TANGERINE de Sean S. Baker
Scénario Sean S. Baker et Chris Bergoch
Avec Kitana Kiki Rodriguez, Mya Taylor, Karren Karagulian…
Au cinéma le 30 décembre 2015