Parce que les restos japonais ça va deux minutes. Parce que l’italien du coin fait toujours le même plat de pâtes moyennement bonnes. Parce que le sans gluten, sans lactose, vegan, bio et équitable c’est presque plus à la mode. Des fois, on a juste envie de manger comme chez mamie.

Et comme chez mamie tout le monde se presse pour avoir sa part, à emporter ou sur place. Nous on choisit de se frayer un passage pour trouver une table de deux dans la salle pleine à craquer. L’intérieur est un peu petit, déco minimaliste et légèrement datée. Ambiance grand-mère cool, on est tous ses enfants. Ici, et depuis deux ans, c’est Catherine qui fait la loi. A 61 ans, la petite bonne femme est dans son restaurant tous les matins à 4h30 pour faire la cuisine. TOUTE la cuisine, elle insiste. Bon, elle a quand même quelques commis mais les recettes sont de son cru.

Délicat's © La Jaseuse

Délicat’s © La Jaseuse

On a le choix entre deux plats du jour, qui changent tous les jours (eh oui). Ce midi, on choisit un velouté de courgettes en entrée, et du veau sauce aux légumes avec des pâtes.Une cuisine simple, certes, mais diablement efficace. Autant le dire tout de suite, le resto ne mise pas sur la présentation. On a bien essayé de prendre en photo le plat sous tous les angles, mais ça ne s’est franchement pas révélé convaincant. Sur la plupart des plats on retrouve une espèce de tuile craquante au sésame, moche et inutile (pardon mamie). Pas vraiment à la pointe de la mode culinaire, mais une fois ce détail éliminé de l’assiette on peut enfin se lancer avec la fourchette. La viande est terriblement bonne, fondante, savoureuse et peu grasse. La sauce est délicieuse (sauf si vous n’aimez pas les poivrons, auquel cas vous ne méritez pas de goûter). Et les pâtes, … ce sont des pâtes quoi.

Délicat's © La Jaseuse

Délicat’s © La Jaseuse

Mais le tout marche super bien. Repas simple qui fait du bien par où ça passe. Mention spéciale à la pannacotta fleur d’oranger-pistache en dessert (BONHEUR).

On a pris notre temps, on est les derniers. La cuisinière vient taper la discute, et en plus elle propose un digestif. On trinque avec elle et on est partis pour vingt minutes de discussion autour d’un verre de Porto… Catherine, elle est trop mignonne, elle cuisine bien et en plus elle est super marrante. On aurait presque envie qu’elle devienne vraiment notre mamie.

 

DELICAT’S
21 rue Saint-Lazare, M°Notre-Dame de Lorette (9e)

http://restaurantdelicats.fr/fr

Prix : plat du jour à 11,50 euros sur place. desserts entre 3 et 8 euros.

Wifi : non
Commodités : westernesques !