Ça ressemble à tous les bouis-bouis asiatiques dans lesquels on va manger sur le pouce le midi. Mais l’atout de celui-ci est exposé en vitrine. Ici, c’est mamie qui fait les raviolis en série. Derrière la vitre, ils s’alignent les uns après les autres sur le plateau. Après avoir passé cinq minutes sur le trottoir, hypnotisés par les gestes de la cuisinière, il commence à faire faim.

les raviolis de grand-mère

Mamie Raviolis © La Jaseuse

Comme des papillons attirés par la lumière, on s’assoit dans la salle du restaurant, juste derrière le comptoir d’où sortent les raviolis stars. Dans une petite pièce tout en longueur sont alignées des grandes tables. Alerte déco bizarre : nous sommes dans un restaurant chinois montagnard. Ambiance lampions rouge et lambris en bois clair. Enfin, kitsch ou pas, on n’est pas rentrés pour repeindre les murs. Nos yeux et notre estomac n’ont plus qu’un seul objectif : raviolis. Vite.

Les serveurs apportent les plats, vite justement. C’est copieux et bien chaud. Les raviolis, on les a vus crus, les voilà maintenant cuits, dans l’assiette. Du coup, on a l’impression satisfaisante, quoique certainement illusoire, de savoir exactement ce qu’on mange. D’autant plus qu’on peut deviner la forme des doigts qui ont façonné ces douze bouchées. C’est rigolo ou touchant, voire émouvant, tout dépend de votre attachement à la cuisine.

les raviolis de grand-mère

Les raviolis vapeur à la crevette © La Jaseuse

Une dizaine de sortes de raviolis est proposée à la carte : vapeur, pékinois grillés, et même soupes de raviolis. Ce midi, on opte pour le classique vapeur crevette/ciboulette/œufLa farce des raviolis est très goûteuse, bien assaisonnée et la quantité n’est pas ridicule.  La pâte, simple mélange de farine de blé et d’eau, est épaisse juste ce qu’il faut, on n’a donc pas l’impression de manger une gomme d’écolier. D’ailleurs, n’essayez jamais de manger une gomme, c’est pas bon. Bref, c’est simple et efficace en bouche. Le tout est accompagné d’un riz cantonais digne de ce nom. Tous les basiques de la cuisine asiatique sont au menu : nems, riz blanc, nouilles sautées et autres travers de porc.

On aurait bien voulu que Mamie Raviolis nous explique comment elle fait mais elle ne parle pratiquement pas le français. Alors on a eu droit à une démo en mode « la cuisine est un langage universel ». L’anglais, c’est dépassé.

LES RAVIOLIS DE GRAND-MÈRE
25 rue de Trévise, M° Cadet (9e)

Prix : raviolis (12 pièces) entre 5 et 7 euros

Wifi : oui
Commodités : bicolores !