Dès les premières secondes, sans un mot, Emma la clown emporte les rires des spectateurs. Tout est déjà là : humour, sensibilité, décalage et poésie. Pourtant c’est un sujet grave qu’elle aborde, un sujet qui réveille les peurs les plus profondes chez la majorité d’entre nous : la mort.

Emma la clown sait bien que la mort est source d’angoisses alors elle s’est donné une mission : rassurer son public. Avec drôlerie et sensibilité, elle décide de nous indiquer le chemin. Etape par étape, elle va nous montrer comment « apprivoiser cet instant fatal tant redouté ». Plus exactement, elle va tenter de nous le montrer, car aussi vaillante soit-elle, Emma se fait parfois rattraper par ses peurs. Mais elle ne se laisse pas détourner de son objectif et repart aussitôt faire face à la mort pour le bonheur de son auditoire.

EMMA MORT MEME PAS PEUR © Pascal Gely

Emma mort même pas peur © Pascal Gely

Emma la clown nous offre une sorte de petit guide de préparation à la mort.
Tout d’abord, l’incontournable testament et les questions qui y sont liées. Quoi léguer? A qui ? Peut-on tout prévoir ? Vient aussi la question de l’entrée dans le cercueil qui s’avère moins évidente qu’elle ne le pensait. Mais elle a son truc, Emma : une auto préparation corporelle pendant laquelle elle rassure chacun de ses membres, de ses organes et de ses cellules. Improbable préparation qui aborde de façon détournée notre besoin d’être rassuré face à l’issue fatale.

Emma la clown passe ainsi en revue, de façon drôle et décalée, les procédés qui permettent selon elle de se préparer au mieux à la mort. Elle va jusqu’à partager avec nous une séance de chamanisme pour le moins déjantée dans un costume improbable et plein de sens.

Fantastique clown pleine de poésie, Emma fait rire et émeut à travers ses mots intelligents et lucides mais également à travers ses silences. Sa présence puissante et touchante, son jeu corporel précis et volontairement maladroit captivent les spectateurs tout au long de la pièce. « Emma mort même pas peur  » est un spectacle réjouissant, inventif et émouvant qui, s’il ne réconcilie pas tous les spectateurs avec la mort, insuffle  une grande joie de vivre.

EMMA MORT MEME PAS PEUR de et avec Meriem Menant
Mise en scène Kristin Hestad
Composition Musicale Mauro Coceano
Décors et inventions Didier Jaconelli
Costumes Anne de Vains
Création lumière Emmanuelle Faure
Du 6 au 27 juillet au Théâtre du Chien qui fume
75 rue des Teinturiers – 84000 Avignon
http://emmalaclown.com
www.chienquifume.com