Ce « Jeu de l’Amour et du Hasard » devrait guérir tous les collégiens traumatisés et autres allergiques au théâtre classique. Le texte de 1730 est dopé par la mise en scène acidulée de Salomé Villiers offrant à Marivaux un écrin résolument contemporain qui lui sied à merveille.

Silvia n’est pas du genre à épouser n’importe qui. Lorsqu’elle apprend qu’elle doit épouser Dorante, elle invente une ruse lui permettant d’avancer masquée pour mieux connaître le caractère de son prétendant : elle va échanger sa place avec sa servante, Lisette. Mais Dorante, lui-même n’ayant aucune envie d’épouser la première venue, a la même idée et prend la place de son valet pour mieux étudier sa promise. Le père de Silvia et son frère Mario, prévenus du subterfuge par le père de Dorante, décident pour s’amuser, de laisser libre cours au jeu de l’amour et du hasard.

© Loup Catusse

© Loup Catusse

Comme toujours, Marivaux nous épate par la modernité de ses textes et l’éloquence flamboyante de ses mots. Il nous parle d’amour et de passions avec humour et délicatesse, respectant tout de même les codes de bienséance de son époque. Dans ce jeu, seuls les nobles ont le loisir de s’adonner à la badinerie.

L‘une des réussites de cette jeune troupe est d’être à la hauteur de la prose sublime de l’auteur. Chaque comédien fait sien les mots de Marivaux dans un jeu naturel et enlevé qui permet au spectateur de goûter tout le relief des délicieux dialogues. Le parti pris d’une mise en scène pop à coups de scéno fluo, looks décapants et bande-son rythmée laisse aux six comédiens la possibilité de badiner avec une énergie communicative et souligne parfaitement la modernité d’un propos datant de près de 300 ans.

Petit bémol toutefois sur le recours à la vidéo, dont la réalisation bien trop modeste peine à apporter une plus-value au récit. Nul besoin d’artifices techniques pour nous permettre d’apprécier l’ambition réussie de dépoussiérer ce classique parmi les classiques.

LE JEU DE L’AMOUR ET DU HASARD de Marivaux
Mise en scène de Salomé Villiers assistée de Lisa de Rooster
Avec Salomé Villiers, Raphaëlle Lemann, Philippe Perrussel, Bertrand Mounier, François Nambot et Etienne Launay
Du 31 août au 23 octobre 2016 au Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs, M° Notre-Dame-des-Champs (6e)
www.lucernaire.fr