… une jeune femme seule qui conte une légende romanesque tirée d’un classique de la littérature allemande dans une petite salle de théâtre. Magie de la narration, pouvoir de l’imaginaire, c’est un moment d’exception que nous propose l’ensemble théâtral Estrarre à La Loge.

Il n’y a rien d’autre qu’une chaise entourée de deux petites enceintes devant nous. La comédienne, vêtue simplement, nous accueille hors scène, avec le sourire. Les portes de la salle se ferment, elle nous demande si tout va bien, elle va nous raconter une histoire.

Cette histoire, c’est celle de Michael Kohlhaas, honnête marchand de chevaux, menant une vie paisible et simple, jusqu’à ce jour terrible où il est victime d’une injustice qui fera tout basculer. C’est l’histoire d’un homme juste et bon qui, confronté à l’iniquité, à la cruauté et à la corruption, sera forcé d’user de la violence pour se venger.

Reprenant le texte de Marco Baliani et Remo Rostagno, adapté de Michael Kohlhaas de Kleist paru en 1805, le collectif Estrarre s’attaque à une forme de théâtre peu pratiquée parce que périlleuse, le théâtre-récit pour adultes, un croisement du théâtre et de la narration pure où l’acteur, seul, sur scène ou partout ailleurs, renonce à tous les artifices et raconte une histoire au public venu l’écouter.

© Nicolas Grandi/Romain Kosellek

© Nicolas Grandi/Romain Kosellek

L’actrice Viktoria Kozlova vit le texte, joue tous les personnages, imite les chevaux avec brio. Elle a cette passion qu’ont les conteurs d’histoires de faire surgir des images dans les yeux des auditeurs. Là où on est, il n’y a rien, il n’y a qu’elle, et pourtant nous partons loin, dans un passé qui semble soudain très présent.

Sous ses airs modestes, la mise en scène de Julien Kosellek est extrêmement travaillée, précise, la sonorisation est minutée, la lumière est parfaite. Il y a quelque chose d’ancestral, de tribal même quand Viktoria Kozlova s’adresse à nous, la lueur d’un feu de bois imaginaire éclairant son visage.

On redécouvre le sens du théâtre dans ce qu’il a de plus originel, de plus archaïque. La comédienne se fait simple messager d’une histoire plus grande qu’elle, porteuse d’émotions comme on en vit rarement aujourd’hui, où tout est images, surexposition et bruits de fond.

Ce que nous propose l’ensemble théâtral Estrarre, c’est de nous raconter une histoire épique et tragique. Mais c’est surtout une révolte, une lutte silencieuse face au vacarme de ce monde.

KOHLHAAS de Marco Baliani et Remo Rostagno d’après Michael Kohlhaas de Heinrich Von Kleist
Mise en scène Julien Kosellek
Avec Viktoria Kozlova
Création sonore Cédric Soubiron
Du 4 au 14 octobre 2016 à La Loge
77 rue de Charonne (11e), M° Charonne
www.lalogeparis.fr
www.estrarre.fr