Fresque familiale pudique et sensible, Voyage à Tokyo nous emmène sur les routes sinueuses de la filiation, du lien entre les générations et du temps qui passe. Un bel hommage au chef d’œuvre de Yasujirō Ozu.

Un couple de retraités fait un long voyage jusqu’à Tokyo pour rendre visite à ses enfants partis depuis longtemps pour la capitale. C’est l’occasion pour eux de retrouver leurs petits-enfants qu’ils n’ont pas vu grandir, de voir comment leurs enfants sont installés et comment ils ont réussi dans la vie. Mais le quotidien va vite reprendre son cours et le temps va manquer pour être ensemble.

Tiré du film d’Ozu de 1953, le Voyage à Tokyo de Dorian Rossel nous propose une histoire de famille, mélange d’Orient et d’Occident, située hors du temps. Yoshi Oida, qui interprète le grand père est le seul comédien japonais au milieu de cette troupe suisse. Nous sommes au Japon, mais nous pourrions être ailleurs, dans une autre famille, à une autre époque où les vies sont chronométrées. Le réalisme n’est pas le parti pris de Rossel et s’il s’éloigne de l’œuvre originelle, c’est pour mieux rendre le récit universel.

© Carole Parodi

© Carole Parodi

Pour le reste, la retenue, la pudeur, les silences sont fidèlement transposés. Chaque scène et presque chaque dialogue sont minutieusement reproduits tout en étant réinventés. Le plateau surélevé pour donner cette illusion d’être à hauteur de tatami, les déplacements précis des acteurs entre les panneaux noirs coulissants : tout est fait pour rendre hommage à la caméra d’Ozu. Le détail et l’ordinaire sont magnifiés pour illustrer la trivialité d’un quotidien qui se moque du drame banal qui se joue.

L’ingénuosité de la mise en scène permet une promenade cinématographique à travers les décors, crée des hors-champs et resserre le cadre. Cela fonctionne à tel point que même une panne totale d’électricité lors de la première ne parvient pas à empêcher la magie et l’énergie discrète qui se dégagent de cette troupe de nous atteindre.

Voyage à Tokyo raconte le temps qui manque dans une famille pour se parler, pour se dire les choses. Le temps qui passe et les raisons de chacun de s’éloigner de ces parents qui nous ramènent vers le passé, comme des liens qui nous entravent.

VOYAGE A TOKYO d’après le scénario de Yasujirō Ozu et Kōgo Noda
Mise en scène Dorian Rossel 
Avec Rodolphe Dekowski, Xavier Fernandez-Cavada, Delphine Lanza, Yoshi Oïda, Fiona Sanmartin, Elodie Weber
Musique Alex Muller Ramirez  et Immanuel de Souza
Du 8 au 19 novembre 2016 au Théâtre Paris-Villette

www.theatre-paris-villette.fr
www.supertroptop.com