Comment se dire les choses quand notre temps de parole est limité à 140 mots par jour ?

Bernadette et Olivier viennent de se rencontrer. Comme tout jeune couple, ils se découvrent petit à petit, par les gestes et par les mots. Ils inventent leur monde et leur propre langage, chacun apportant un peu de soi. Mais un jour, une drôle de loi est votée. La loi du silence. Celle-ci impose à chacun un quota de mots journaliers. 140. Pas un de plus.

C’est avec cette idée originale que Sam Steiner, l’auteur, nous raconte à travers de courtes scènes de vie quotidienne et dans un ordre non chronologique une histoire d’amour qui s’installe délicatement malgré les mots qui manquent.

Traduite, mise en scène et jouée par Sébastien Corona, Citrons Citrons Citrons Citrons Citrons  est une comédie pas si romantique aux accents dystopiques.

Le contraste avec notre temps où le commentaire de tous, sur tout, tout le temps, est devenu le dogme est d’autant plus intéressant que cet « handicap » n’est finalement pas l’élément principal de cette pièce. Seul Olivier s’inquiète de cette loi qui va museler le peuple et profiter aux classes dominantes qui n’ont pas besoin de mots pour se défendre ou pour prouver leur valeur. Mais il ne peut plus le dire, donc il n’y pense plus. Et les deux s’accommodent car quand on ne peut se permettre aucun éclat de colère, de ressentiment, de joie ou d’amour, il faut se concentrer sur l’essentiel.

La mise en scène minimaliste, sert le jeu des deux acteurs complices et talentueux et nous passons aisément avec eux d’une époque à une autre, d’un lieu à un autre, d’un simple pas chassé.

Les quelques longueurs dues à un manque de rythme et parfois de mordant ne gâchent pas notre plaisir de suivre le quotidien de ces deux amoureux. On aurait pourtant envie qu’ils aillent plus loin dans le propos politique et la défense du langage comme bien commun indispensable pour distinguer l’homme du robot.

On en aurait envie, mais il n’y a pas suffisamment de mots pour le dire. Alors, on réfléchit, on s’interroge tout en se recentrant sur la belle et banale histoire d’amour entre un jeune homme et une jeune femme.

N’est-ce pas là, finalement, tout le propos ?

CITRONS CITRONS CITRONS CITRONS CITRONS de Sam Steiner
Mise en scène de Sébastien Corona, Richard Studer
Avec Sébastien Corona, Camille de Preissac
Jusqu’au 16 décembre 2017 au Théâtre du Funambule Montmartre. Reprise fin janvier.
53 Rue des Saules (18e), M° Lamarck
www.funambule-montmartre.com