Münchhausen

Le Prix Théâtre 13, qui récompense depuis huit ans déjà les jeunes metteurs en scène, accueille cette année parmi les finalistes la compagnie Grand Théâtre avec Müncchausen. Cette toute fraîche création mise en scène par Elsa Robinne est née d’une série de cinq épisodes, Münchhausen, le feuilleton, joués par la compagnie au sein de bars et bistrots, qui a permis de donner chair et relief aux personnages d’encre et de papier de la légende du baron fou.

Le Baron de Münchhausen a bel et bien existé au XVIIIe siècle en Allemagne, mais sa vie et ses exploits militaires ont été romancés, remaniés et amplifiés par la légende populaire, si bien qu’à la manière de son homologue français Cyrano de Bergerac, on lui confère désormais une réputation d’affabulateur excentrique. C’est en s’inspirant de l’oeuvre de Bürger, poète allemand contemporain du Baron, que Julien Luneau, auteur associé au Grand Théâtre, a imaginé cette nouvelle adaptation théâtrale de la légende, faisant naître sept personnages plus barges et loufoques les uns que les autres.

L’action se déroule dans le grenier du manoir en ruine de Münchhausen, simplement figuré par la pénombre, des cubes de bois et des escabeaux, faiblement éclairé par des lampes de chantier manipulées par les comédiens. Le Baron, interprété par Jean Barlerin, a perdu de sa grandeur, les convives ne sont plus au rendez-vous et toute la contrée s’amuse et se rit des mensonges du « baron toqué ». Il n’a plus personne à qui raconter ses histoires, à part peut-être Karl, son majordome aux allures de croque-mort, incarné par l’excellent Clément Beauvoir. C’est dans cette solitude et dans les ruines que Münchhausen va retrouver goût au mensonge et aux contes extraordinaires grâce au cinq « mouches », sortes de petites voix de son esprit qui mettront tout en oeuvre pour lui donner un nouveau souffle.

La mise en scène d’Elsa Robinne regorge de trouvailles et de fantaisies qui plongent le spectateur dans un autre monde, tantôt dans le palais d’un sultan, tantôt sur la lune, tantôt dans les bras de Vénus. Les sept comédiens, dont un épatant musicien sans voix, sont dirigés avec précision dans des rôles terriblement bien dessinés et distribués. Münchhausen enchante, surprend avec ses répliques affûtées et transporte dans un monde d’enfant où tout est possible et où il suffit de fermer les yeux et d’y croire très fort pour que le toit s’envole et que le soleil apparaisse enfin à nouveau.

La jeune compagnie Grand Théâtre nous offre un spectacle d’une grande qualité qui ne demande qu’à mûrir et à être joué devant petits et grands. À suivre.

MÜNCHHAUSEN
d’après Les aventures extraordinaires du Baron de Müncchausen de G. A. Bürger / Traduction de Théophile Gautier fils
Mise en scène collective dirigée par Elsa Robinne
Ecriture collective dirigée par Julien Luneau
Avec Jean Barlerin, Clément Beauvoir, Odile Ernoult, Etienne Luneau, Twiggy Mauduit, Joseph Robinne, Marie-Pierre Rodrigue
Décors Nicolas Hubert
Musique Joseph Robinne
Production Compagnie Grand Théâtre
Le 18 juin 2013 à 19h30
Le 19 juin 2013 à 20h30
Théâtre 13 / Seine
30 rue du Chevaleret (13e), M° Bibliothèque F. Mitterand
www.theatre13.com
www.legrandtheatre.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s