Rosie Bazar

Donnant vie à des marionnettes géantes, se métamorphosant à l’aide de masques et de quelques accessoires un peu fous, Geneviève de Kermabon prête sa voix aux témoignages d’adolescents interrogés sur leurs désirs. Derrière un discours cru et d’une rare sincérité, il y a beaucoup de poésie qui sort de la bouche de ces enfants. Un peu de Roland Barthes quand cet ado parle de ce tumulte d’angoisse suscité par l’attente de l’être aimé. Un peu de conte de fée quand ce garçon dit que c’est possible d’aimer pour la vie. Du drame aussi quand la mère de celui qui aime les garçons lui dit qu’elle préfèrerait le voir mort.

Evitant soigneusement d’être moraliste et sans jamais donner de mode d’emploi, Geneviève de Kermabon nous dresse le portrait d’une génération confrontée à la banalisation de la pornographie, à la surexposition sexuelle et à l’apologie de la performance. Un simple constat juste et poétique qui résonne forcément en chacun de nous.

ROSIE BAZAR de et par Geneviève de Kermabon
Musique Michel Winogradoff
Lumières Pascal Sautelet
Machines Soux
Regards artistiques Laurence Forbin et Paillette
Les 18 et 19 mai 2016 à 20h30 au Théâtre Paris-Villette
211 avenue Jean Jaurès (19e), M° Porte de pantin
www.theatre-paris-villette.fr

Suite du Festival Spot : CARTE BLANCHE