Inconcevable silhouette du nouveau futur qui tue

C’est dans le cadre du « Festival Traits d’Union » que le théâtre El Duende a invité la Compagnie Raspar Capac (dont nous avions adoré la précédente création) à présenter son nouvel opus sobrement intitulé Inconcevable silhouette du nouveau futur qui tue. Cette 3e édition du festival, dédiée cette année à l’Utopie, nous a donc permis de découvrir cette pièce (faussement) naïve qui apparaît comme un manifeste caustique et juste contre le « dogme » de la Culture.

À son entrée dans la salle, le public est accueilli par deux « personnages » singuliers : Gozo et Obélix, deux peluches dont on apprendra plus tard qu’elles sont une allégorie du public.

« Les peluches sont une métaphore de vous en tant que spectateurs pour vous interroger sur votre condition de spectateurs », « vous êtes spectateur de vous-même en train d’être spectateur de vous-même »

Lucas et Élie – comédiens et personnages principaux de ce spectacle – apparaissent après avoir observés longuement les spectateurs derrière les rideaux. Ils déboulent sur le plateau avec la féroce ambition de défaire le public de ses habitudes confortables. Là est tout leur propos. Lucas et Élie veulent créer un spectacle qui permettra au public de s’émanciper et de sortir grandi de la salle. Dans une adresse directe, les deux talentueux comédiens exhortent la salle à se libérer d’un système aliénant où le théâtre politique et engagé a été vidé de sa substance. On plonge dans ce théâtre de l’absurde contemporain dès la première minute en se délectant de cette dénonciation d’autant plus caustique que la forme se veut légère.

Bien que la formulation soit parfois maladroite et le propos alambiqué, les deux comparses ont l’endurante volonté de redonner au public sa liberté. Mais la tâche est immense et semble les amener à reproduire eux-même le théâtre et le système qu’ils dénoncent. Puis une seconde partie du spectacle vient introduire deux comédiennes dans une forme plus classique, conférencière et malheureusement peu entraînante.

C’est donc avec les inégalités inhérentes à un premier jet que la Cie Rascar Capac a proposé sa nouvelle création en ce début 2019. La force du verbe et l’ambition des artistes sont bien présentes, malgré les longueurs et des choix encore un bancals, et Inconcevable silhouette d’une nouveau futur qui tue donne des envies d’encore. Encore plus de théâtre dense et investi comme celui de la Cie Rascar Capac, de joie et de folie qui remuent l’absurdité du système. Le propos est juste et intelligent et le duo formé par Elie et Lucas nous donne foi en l’existence et/ou la renaissance d’un certain théâtre politique.

INCONCEVABLE SILHOUETTE D’UN NOUVEAU FUTUR QUI TUE de la Cie Raspac Capar
Texte et mise en scène Élie Salleron
Avec Déborah Chantob, Lucas Hénaff, Lila Redouane et Élie Salleron
Le 20 février 2019 au Théâtre El Duende
23 rue Hoche, 94200 Ivry sur Seine
http://theatre-elduende.com
http://cierascarcapac.wixsite.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s